EXPRESSO À Saint-Gilles, la construction du musée du Moyen-Âge repoussée

Rédigé le 15/09/2023 à 09:01
Par Coralie Mollaret

Rentrée rime toujours avec chantiers pour le maire Eddy Valadier. « Nous rentrons dans le suivi de nos travaux engagés et la préparation de ceux à venir », poursuit l’édile qui conduit son deuxième mandat. Parmi les travaux qui s’achèvent : le contournement sud de la commune et la réfection de la place Jean-Jaurès devant l’école primaire et la mairie. Cette réfection, d’un coût de 2,5 M€, a pris quelques semaines de retard : « On voit le bout ! Nous avons refait le parking de 110 places qui laisse l’eau de pluie s’infiltrer dans le sol. Des arbres ainsi que des jeux pour enfants ont également été installés. »

Priorité sur la piscine municipale

Un soulagement pour le maire qui en appelle un autre : « À compter de la mi-octobre, nous allons terminer le relamping complet de notre éclairage public ! » Montant des travaux : 2,2 M€ pour le renouvellement en LED de 2 000 points lumineux. « Cela devrait nous permettre de réduire d’environ 65% notre énergie électrique ». De précieuses économies en cette période de crise énergétique… Dans cette même veine, les élus du conseil municipal ont choisi de réhabiliter la piscine municipale, le plus gros poste de dépense énergétique de la commune puisque l’équipement est chauffé au gaz.

La piscine fermera donc ses portes au milieu des vacances de la Toussaint. Les travaux s’élèvent à 2,3 M€. « Le plan de financement est quasiment bouclé », assure le maire. L’État vient particulièrement en aide au projet au travers de la DSIL (Dotation de soutien à l'investissement local), de la dotation publique de la ville et de l’ANDS (Agence nationale pour le développement du sport). Reste au Conseil départemental et notamment à la vice-présidente chargée des collèges, Nathalie Nury, de savoir si sa collectivité se jettera à l'eau. Si tel est le cas, Eddy Valadier n’aura pas besoin de demander un fond de concours à Nîmes métropole.

En revanche, en raison de la hausse des coûts liés à l’énergie et aux travaux, la construction du Musée du Moyen-Âge, chiffré en 2021 à 8 M€, a été repoussée « de 18 mois ». « Le permis de construire sera déposé, mais le chantier ne démarrera pas de suite. Nous aimerions voir engager ce projet à la fin du mandat. Mais le choc inflationniste m’a conduit à accélérer certains dossiers comme le changement de l’éclairage public et la rénovation de la piscine. »